«

»

Avr 28 2016

Le point presse d’AIVES du 26 avril 2016

referendum3

Porcherie industrielle d’Heuringhem

AIVES réclame un référendum !

 

 

Le communiqué de presse d’AIVES

1 Sur le permis de construire de la porcherie industrielle d’Heuringhem

La Préfecture du Pas de Calais, en lieu et place de l’entreprise privée « EARL BridaultChevalier », a introduit en quelques mois deux référés contre la décision du Maire d’Heuringhem de refuser de signer le permis de construire modificatif de la porcherie industrielle d’Heuringhem-Ecques.

Suite à ces deux référés, le Maire d’Heuringhem a été contraint, contre sa volonté, de signer ce permis modificatif. En effet, en cas de nouveau refus, la commune d’Heuringhem et ses habitants auraient été lourdement pénalisés financièrement : 500€ de pénalités par jour !!!

L’association AIVES ne voit pas comment le Maire d’Heuringhem aurait pu agir autrement, elle ne condamne donc pas cette signature obtenue sous la contrainte.

Reste à la commune de voir quelles solutions juridiques existent encore pour pouvoir retirer cette autorisation ou pour faire appel des décisions récentes du Tribunal Administratif de Lille.

Pour sa part, AIVES rappelle que des requérants d’Heuringhem et d’Ecques ont fait appel auprès de la cour de Douai, en juillet 2015, de la décision d’annulation partielle du permis de construire initial. Ces requérants ont des arguments plus que solides à faire valoir auprès de cette cour, nous espérons bien qu’ils seront examinés !

Visiblement, les procédures juridiques ne sont pas traitées avec la même diligence lorsque les requérants sont de simples citoyens ou des représentants de la Préfecture qui agissent en lieu et place des promoteurs de ce projet privé. Les requérants contre le permis de construire initial seront peut-être amenés à engager un sursis à exécution auprès de la cour de Douai afin d’éviter aux promoteurs du projet privé d’engager à nouveau des fonds de façon prématurée ! Nous rappelons qu’un permis de construire n’est réputé définitif que lorsque toutes les procédures juridiques à son encontre sont épuisées. C’est loin d’être le cas actuellement !!!

2 AIVES demandera à la Préfecture du Pas de Calais l’organisation d’un référendum

  •  La population locale est opposée majoritairement à ce projet et l’a démontré maintes fois.
  •  Les élus locaux sont opposés majoritairement à ce projet et ils l’ont exprimé maintes fois.
  • La population française refuse de plus en plus les fermes-usines et la nourriture qu’elle propose ; le remarquable et inattendu succès de la pétition d’AIVES en est une nouvelle démonstration : plus de 56 600 signatures à l’heure où est écrit ce communiqué !

Face aux procédures juridiques qui perdurent, aux pressions multiples qui s’exercent dans tous les sens, AIVES propose la solution qui permettra à tous d’en sortir par le haut : nous préconisons la tenue d’un référendum organisé par la Préfecture du Pas de Calais sur les communes d’Heuringhem et Ecques. On parle beaucoup de démocratie participative, alors appliquons là concrètement !

Un élevage porcin de type naisseur-engraisseur avec 4 500 équivalents animaux est un projet classé ICPE donc potentiellement dangereux pour notre environnement. Nous sommes dans le cadre d’un projet d’importance et une procédure référendaire doit pouvoir s’appliquer. D’autant qu’il n’existe aucune nécessité, de quelque ordre que ce soit, à créer une porcherie industrielle à Heuringhem :

Ce projet est un non-sens écologique et environnemental

Il participerait avec l’ensemble des élevages intensifs et de l’agro-industrie :

  • aux pollutions de l’eau (nitrate,…), de l’air (ammoniac, particules fines,…) et de la terre (redépositions de dérivés ammoniacaux, …).
  • au réchauffement climatique (méthane, protoxyde d’azote,…)
  • au phénomène inquiétant de l’apparition et de la diffusion de bactéries multirésistantes à partir des bâtiments d’élevage et des champs d’épandage de lisier, même si un effort louable mais nettement insuffisant a eu lieu en France et dans certains pays d’Europe. •
  • Localement, les redépositions de composés acides perturberont les écosystèmes de nos zones NATURA 2000.

Ce projet est un non-sens économique comme le prouve l’énième crise porcine dont nous subissons les frais : surproduction, aides au stockage, aides aux exportations, diverses « rustines » gouvernementales, …

Ce projet est un non-sens social et sociétal : il accroitra encore les difficultés des petits producteurs et entrainera leurs disparitions alors que la société s’engage résolument vers des productions locales de qualité, plus respectueuses de l’environnement et du bien-être des animaux !

Or les solutions alternatives existent contrairement aux affirmations des tenants de l’agroindustrie, il faut aider et promouvoir les productions locales et de qualité et non les fermesusines ! En termes de consommation de viande, il faut promouvoir le « Moins mais mieux » ! Voir le programme Afterres2050.

 

Chacun prétend parler au nom du peuple, laissons-le s’exprimer ! Oui, au référendum sur Heuringhem-Ecques !

 

 

 

Le communiqué d'Aives et la presse
Source Titre Lien
Aives Communiqué de presse
La Voix du Nord Porcherie d’Heuringhem: l’association AIVES réclame un référendum
L’Echo de la Lys Appel aux urnes pour la porcherie – Aives réclame un référendum – On soutiendra Aurélie jusqu’au bout
L’Echo de la Lys et AIVES L’Edito de l’Echo de la Lys et la réponse d’AIVES
L’Indépendant Porcherie d’Heuringhem : AIVES demande un référendum à la préfète du Pas-de-Calais
Delta FM Après la bataille juridique, peut-être la bataille des urnes à Heuringhem
NRJ Nord Littoral Un référendum dans l’audomarois

Lien Permanent pour cet article : http://www.aives.fr/le-point-presse-daives-du-26-avril-2016/